Les processus

Mots-clés: Processus, console, terminal, services.

Ces thèmes à eux seuls pourraient justifier d'un article.
En pratique, les processus et les services n'ont pas à être modifiés, sauf en cas de customisation d'un système ancien qui serait à la peine avec trop de services lancés.

Gérer finement son système peut nécessiter de connaître les processus qui le régissent. Ceci peut être fait comme à l'habitude sous linux en mode graphique ou en mode console. Le mode console est plus puissant, et en cas de blocage du système, ou de réparation depuis un live CD par exemple, c'est souvent le seul qui est disponible.

Gestion des processus

Deux outils de gestion des processus

top donne des informations sur l'utilisation du pc et permet de voir en direct les processus et de les gérer.

   top

htop fait la même chose ne plus détaillé.

Chercher un processus

    ps aux | grep NomProcessus
    ps aux | grep NomProcessus | grep -v grep

Donne le PID (numéro de processus) s'il existe (à préciser) :

    pgrep NomProcessus

Donne le PID (numéro de processus) s'il existe :

    pidof NomProcessus

Tuer un processus par son pid

de manière “gentille” Remplacer PID par le numéro du processus

   kill PID

de manière “brutale” Remplacer PID par le numéro du processus

   kill -9 PID

Tuer un processus par son nom

   killall NomProcess

Ou encore :

   pkill NomProcess

Appels système d'un processus

Permet de suivre en direct les appels système d'un processus pendant son exécution. Remplacer PID par le numéro du processus

   strace -p PID

Changer la priorité d'un processus

Console

Une console qu'est ce que c'est ? C'est un écran noir, qui est en attente d'une instruction, d'une commande shell.

Pour effectuer des actions en mode console, il faut entrer ( exécuter ) des commandes. Les consoles (car il peut en avoir plusieurs) sont émulées (ou simulées) par des Terminaux (programme muni d'une interface graphique) afin d'être accessibles en mode graphique.

CRTL + ALT + Fx

Remplacer le x par 2 par exemple ou 3, etc..

Il y a sur Ubuntu 7 consoles disponibles : 6 en mode texte et 1 graphique. Elles sont accessible via Ctrl+Alt+Fx ou x est le numéro de la console à laquelle vous voulez vous rattacher.

Il peut y avoir plus de consoles, notamment si plusieurs personnes sont connectées graphiquement en même temps, mais on y accède de la même façon Ctrl+Alt+F9, etc.

Ctrl+Alt+F8 et démarrage du PC

Ctrl+Alt+F8 est en général une console spéciale où s'affichent des informations sur le démarrage de l'ordinateur.

Si vous la lancez, il arrive qu'on ne voie rien (écran noir). Pour revenir à l' écran de votre session, tentez CTRL + ALT + F2, voire F1 (session de “dépannage” dans laquelle on peut lancer des commandes en mode texte).

Intérêt de l' utiliser et de la connaître

Dépannage

Quand l'interface graphique a planté, le lancement de la console est souvent encore possible afin d'analyser ce qui se passe, et d'arrêter ou de tuer éventuellement les processus qui gênent.

Si un bug survient dans un programme, le mode graphique, par souci de simplicité, n'affiche aucune information pour trouver le problème. Dans ce cas, lancer un programme en mode console permet de récupérer ces informations. Sans oublier que si vous constatez des problèmes dans votre système , les commandes s'avèrent indispensables.

Pour diagnostiquer un problème voir la page diagnostic ou diagnostic_outil

Rapidité et exhaustivité

Il existe beaucoup plus de commandes que d'interfaces.

Il est souvent plus rapide une fois habitué d'utiliser la console pour les mises à jour que l'interface graphique.

exemple:

sudo apt-get update

met à jour la liste des paquets

sudo apt-get upgrade

propose les mises à jour et demande:

Souhaitez-vous continuer [O/n] ?

Terminal

En réalité, un terminal n'est qu'une émulation d'une console.

Quand l'utiliser ?

Il est en général préférable d'utiliser le terminal pour lancer des lignes de commandes, mais les consoles peuvent se révéler indispensables si, par exemple, l'interface graphique plante.

Lien vers la présentation du programme gnome-terminal terminal

Lancer

Depuis la version 10.04 le terminal peut être lancé grâce au raccourci clavier : Ctrl + Alt + T (sous Gnome-Panel et Unity).

Ouvrir le Terminal grâce au menu

Ubuntu Applications → Accessoires → Terminal ou Alt+F2 et tapez gnome-terminal

Kubuntu K → Système → Konsole ou Alt+F2 et tapez konsole

Xubuntu Applications → Accessoires → Terminal ou Alt+F2 et tapez xfterm4

Utiliser

L'utilisation est assez simple, tapez une commande (ou copiez-collez la) et faites Entrée (clavier) pour l'exécuter.

Les raccourcis pour le copier-coller ne sont pas Crtl+C ↔ Ctrl+V par défaut, mais Maj+Ctrl+C et Maj+Ctrl+V. Dans un terminal le raccourci Ctrl+C annule la commande en cours.

Errors et warnings

Si une commande ne marche pas, vous devez avoir un message contenant le mot error. Si vous avez un message contenant le mot warning ignorez-le, il indique souvent des informations qui ne servent qu'aux développeurs, ou montre des petits détails, qu'il n'est pas vraiment indispensable de corriger !

En cas de doute, tapez la commande suivante, qui retourne le code de sortie de la commande précédente :

     echo $?

Si le code est '0', alors tout s'est bien passé. A noter que si vous répétez à nouveau cette commande, le code affiché sera bien celui de la commande précédente, à savoir la première commande “echo” que vous avez tapée.

L' historique des commandes

Pour ré exécuter une commande déjà effectuée, au lieu de tout retaper, il vous suffit simplement d'appuyer sur la touche ↑ (flèche haut) pour accéder à la commande précédente.

Vous pouvez appuyer plusieurs fois sur ↑ pour aller plus loin dans l'historique ou taper la commande

   history

Cette commande liste les 500 dernières commandes plus celles de la session actuelle. Si vous souhaiter relancer la commande numéro 492, au lieu de la retaper, il suffit de lancer cette commande :

    !492

Rechercher une commande

Vous pouvez également rechercher une commande précédemment tapée via le raccourci <ctrl>+R. Tapez les premières lettres de la commande recherchée, et la recherche se met à jour au fur et à mesure.

   (reverse-i-search)`apt': sudo apt-get install kmymoney2 

Vous pouvez alors appuyer à nouveau sur <ctrl>+R afin de sélectionner un résultat plus ancien. Enfin, tapez ENTER pour valider, ou <ctrl>+C pour annuler. Il est également possible de vider cet historique en utilisant la commande suivante

     history -c

Compléter les commandes à partir de l'historique

Vous le savez certainement, toutes les commandes que vous utilisez dans un terminal sont archivées et vous pouvez y accéder par ordre chronologique en appuyant sur les touches fléchées Haut ou Bas. La fonctionnalité de base se limite à cela. Mais on peut faire beaucoup mieux et beaucoup plus pratique.

Si vous voulez retrouver une commande particulière tapée il y a un moment. Prenons pour exemple … « rm /home/user/fichier.ext » ! Vous êtes obligés de taper Haut jusqu'à ce que vous tombiez dessus, et cela peut parfois être assez long — suffisamment long pour qu'il soit plus rapide de taper la commande intégralement.

Grâce à la manipulation ci-dessous, vous n'aurez qu'à taper le début de la commande, par exemple « rm » et à presser la touche Haut. Une recherche sera faite dans l'historique et on vous affichera directement la bonne réponse ! Alors voici comment procéder :

Dans votre fichier ~/.inputrc, ajoutez à la fin :

    "\e[A": history-search-backward
    "\e[B": history-search-forward

Dans votre fichier ~/.bashrc, ajoutez à la fin :

     shopt -s histappend
     PROMPT_COMMAND='history -a'

Les commandes de base

commandes_de_base

Excellent article sur la copie de fichiers

Copie_en_ligne_de_commande_sur_wiki_mandriva

S'exercer dans un répertoire “test” créé dans votre dossier personnel afin d'effectuer vos entraînements en mode limité. Il n'y a aucune modification des fichiers du système, car vous n'entrez pas le mot de passe administrateur.
On annonce à juste titre la commande rm (supprimer) comme très dangereuse. C'est un fait. Cependant, d'autres commandes peuvent bloquer votre machine. La commande cp (copier) mal utilisée peut copier dans le dossier media en dur au lieu de copier vers les périphériques externes listés (montés) dans média. Dans le cas de gros volumes de données, cela peut saturer l'espace de la partition système, et empêcher son fonctionnement.
Comme il est de coutume sur les sites d'aide en ligne, Icaunux n'est pas responsable des erreurs que vous commettriez en appliquant les conseils donnés. De plus, une coquille peut toujours se glisser dans le texte. Or les espaces avant ou après les commandes, les points avant les /, sont tous très importants. Si vous n'êtes pas à l'aise, rabattez vous sur “gksudo nautilus” qui permet de travailler en mode graphique et en mode administrateur sur les fichiers système.

Gérer les services de linux en mode graphique

Article orienté Ubuntu, mais les logiciels évoqués ci-dessous existent pour d'autres distributions.

Simple Service Manager

simple-service-manager

Simple Service Manager est un gestionnaire graphique de services système, utilisé pour préciser quels services système doivent être démarrés au chargement d'Ubuntu et lesquels ne doivent pas l'être.

Simple Service Manager, un gestionnaire simple de services système

Depuis Ubuntu 9.10, la manière de gérer les services système (daemons) a changé. Auparavant gérés principalement par des scripts System V, les divers services sont en cours de migration vers une gestion par Upstart. De ce fait, le précédent utilitaire de gestion de services, services-admin, a été retiré d'Ubuntu, car il ne prenait en charge que la gestion des services par scripts System V.

Simple Service Manager vient corriger le manque de gestionnaire de services système gérés par Upstart. Il prend aussi en charge les scripts System V, ce qui vous permet de gérer en une seule même interface tous vos services système, ayant migrés vers Upstart ou utilisant encore un script System V.

Services-admin pour Ubuntu 8.04 LTS et 9.04

Plus utilisé depuis la 9.10 !

services-admin

L'outil de configuration des services d'Ubuntu (services-admin) est un utilitaire servant à activer ou désactiver des services (ou daemons) dans votre système Ubuntu. Il est fourni avec le paquet gnome-system-tools, la suite d'utilitaires de configuration de GNOME, installés de base dans Ubuntu .

Cet utilitaire n'est plus fourni avec Ubuntu 9.10 et les versions ultérieures.Depuis Ubuntu 9.10, les services système sont gérés massivement à l'aide du processus Upstart, et services-admin ne prend pas en charge cette méthode de gestion des services. Il a été retiré d'Ubuntu, sans remplaçant officiel.

services

Réactivation d'un service

Pour réactiver un service :

   sudo update-rc.d pcmcia defaults

Ici par exemple on réactive le service pcmcia.

Pour Intrepid, le code correspondant sera :

    sudo update-rc.d pcmciautils defaults

faq_services

Gestions des services en fonction du runlevel

Attention, utilisateurs avertis !

sysv-rc-conf

Permet de définir l'arrêt ou le lancement des services en fonction du runlevel.

Installer sysv-rc-conf

apt://sysv-rc-conf

Lancer l'utilitaire

sudo sysv-rc-conf

Descendre à la ligne correspondante au service et décocher ou cocher les cases.

Utiliser les touches:

  • Ctrl+n (descendre)
  • Ctrl+p (monter)
  • Barre d'espace (cocher/décocher)
  • q (sauver et quitter)

update-rc.d

La commande update-rc.d permet d'activer ou désactiver un service afin que le script system V associé -soit ou non - exécuté au démarrage.

Liens

les_processus.txt · Dernière modification: 2011/12/05 23:15 (modification externe)
GNU Free Documentation License 1.3
Powered by PHP Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed Valid CSS Valid XHTML 1.0 Valid HTML5