Montage de partitions, propriétaires et permissions

Partitions ajoutées depuis gparted

On peut avoir mis en réserve quelques partitions, pour installer d' autres distributions, puis vouloir récupérer cet espace.

Comme la plupart des utilitaires de manipulation de partitions fonctionnent après avoir rentré le mot de passe admin, les partitions créées ne seront accessibles qu' à l'administrateur (root).

Les systèmes de fichiers (comme Ext2, Ext3, ReiserFs etc…) ont une gestion des permissions.

Si vous souhaitez pouvoir écrire dans cette partition en tant que simple utilisateur, vous devez changer les permissions ou l'appartenance du dossier.

Donner les droits sur la partition

Ma partition stock (exemple) est présente dans fstab. Elle est montée au démarrage dans /media/stock , mais je n' y ai pas accès en écriture. Je la vois dans l' explorateur de fichiers, mais je ne peux rien en faire.

Une seule commande suffit:

    sudo chown utilisateur /media/stock

Dans laquelle je remplace utilisateur par le nom de mon utilisateur principal (en général le nom de votre dossier personnel dans home).

La prise en compte de la modifiaction est immédiate.

La suite des manipulations expliquées dans cet article, en particulier dans la section fstab ne détaillaient pas suffisemment ce prérequis essentiel. C'est chose corrigée.
Vous pouvez pour les explications détaillées lire la suite.

Cet article tente d'essayer d'expliciter ces notions en les appliquant à un cas concret, le montage de partitions linux en ext3.

Il arrive aussi que l'on puise voir le contenu d'un répertoire, mais qu'il soit impossible d'y copier ou d'y coller quoi que ce soit, ce qui est frustrant.

Il sera inutile de tenter de contourner ces blocages en se logguant en tant qu'administrateur avec une instruction telle que “gksudo nautilus” par exemple, car en ce cas l'explorateur nautilus ne nous montre pas le contenu des répertoires de l'utilisateur habituel, mais ceux de root qui sont vides (jamais utilisés, ou rarement).

Ces blocages résident dans la notion de droits, de propriétaires ou de permissions.

Ce document gagnerait peut-être à être scindé en deux documents distincts plus courts, mais rien n'existait dans la documentation d'Icaunux sur ce thème. Il comble une lacune, et s'il est placé dans la rubrique averti, cela tient plus à sa longueur qu'à sa complexité.

Le plan de ce document:

* monter ses partitions windows,

* monter des partitions linux (ext3) avec des droits d' écriture

* fstab,

Les droits sur les fichiers et dossiers sont abordés dans un autre article.

Généralités_sur_linux_csnu

On peut choisir aussi d'utiliser les gestionnaires_de_montage, mais outre que ceux-ci représentent des risques, il est préférable à chaque fois qu'on le peut d'utiliser la méthode ci-dessous. Elle est simple et nous familiarise avec le système.

Monter ses partitions

La plupart du temps les partitions sont automatiquement montées au redémarrage du système qui suit l'installation. Mais il peut arriver que l'on doive monter manuellement des partitions, ou bien encore de demander à ce qu'elles soient montées automatiquement au démarrage du système. Il faudra pour cela éditer, avec les droits administrateur, le fichier fstab.

Cela ne vaut pas pour les disques externes (connectés en USB). Ce point est à compléter

Dans quels cas ai-je besoin de monter des partitions ?

Création de partitions nouvelles

A l'occasion de besoins de stockage modifiés, l'architecture des partitions évolue. Exemples: suppression de la partition système windows, Transfert du disque complet vers un disque plus grand.

Gparted

Il est pratique d'utiliser le programme de partionnement intégré au système plutôt que d'utiliser un live CD. Idem si on n' a pas de lecteur. Gparted (système/administration/ gparted) permet de modifier, supprimer , changer le type ( système de fichiers) des partitions. Mais aussi de les redimensionner, d'en créer de nouvelles.

Limites de gparted

Les partitions sont reconnues par le système, mais lorsqu'on veut y accéder, le mot de passe admin est demandé à chaque fois, ce qui n'est pas très pratique. On peut visualiser le contenu de la partition, mais il est impossible de créer de nouveaux répertoires ou fichiers. C'est alors un problème de droits.

Si j' ai réalise ces modifications depuis un live cd de gparted, les partitions sont mieux reconnues.

Monter dans media

Il est conseillé de monter ses partitions dans media, car ainsi les liens et raccourcis divers sur le bureau seront crées automatiquement au démarrage du système.

Montage de partitions windows

En principe lors de l' installation d'une distribution linux, il nous est demandé si nous souhaitons avoir accès à nos partitions windows. Ceci n'étant pas automatiquement une bonne chose, nous pouvons avoir choisi de ne pas y avoir accès, puis changer d'avis ensuite.

Bugs

Suppression de fichiers NTFS

problème de suppression de fichier sur partition NTFS

Ce message apparait : “impossible de mettre le fichier à la corbeille. voulez vous le supprimer immédiatement? (Annuler - Ignorer - Supprimer)”

Paramétrer les partitions NTFS dans /etc/fstab:

#Entry for /dev/sdax : UUID=xxxxx /media/DONNEES ntfs-3g defaults,locale=fr_FR.UTF-8 0 0

L'ajout de “uid1000” dans etc/fstab puis un petit redémarrage, et la corbeille marche à nouveau dans la partition NTFS ! forum_ubuntu

…annoncé dans LaunchPad: https://bugs.launchpad.net/bugs/192629

Démonter la partition

Avant de modifier la façon dont les partitions se montent, il est nécessaire de les démonter.

En effet, votre partition est parfois montée, mais réservée à l'admin: root.

Démontage :

   sudo umount /<chemin_de_votre_partition>

De façon synthétique, voici la méthode:

Les inquiets et les curieux liront d'abord toutes les explications qui se trouvent ci-dessous.

Le montage des partitions windows au format Ntfs

commande à passer

  sudo gedit /etc/fstab

ligne dans fstab à modifier ou à créer:

  # Partitions Windows - NTFS
  /dev/sda1	/media/windows	 ntfs-3g rw,user,auto,gid=100,uid=1000,nls=utf8,umask=002	0	0
  

# est un argument qui dit que la ligne suivante ne sera pas exécutée, # permet de donner des informations . En principe, en cas de dual boot, windows occupe la première partition soit sda1.

Si le point de montage, /windows dans media n'a pas été créé avant, il faut le faire manuellement sinon fstab ne trouvera pas windows.

commande

    sudo mkdir /media/windows

Remplacez périphérique par le nom ou mieux l'UUID, point de montage par le vôtre.

Périphérique ne s'invente pas, c'est sda1 par exemple. Faire sudo fdisk -l pour vérifier.

UUID ne s'invente pas: faire sudo blkid pour le connaître, ou utiliser mountmanager.

Remarque: ces conseils sont les mêmes en cas de montage de partitions de type linux, mais la ligne dans fstab diffèrera.

Il se peut que les partitions NTFS ne soient pas montées automatiquement sous Ubuntu si elles ont subi une corruption lors d'un arrêt manqué de Windows. L'intégrité de la partition NTFS doit alors être vérifiée et réparée sous Windows, généralement par un arrêt correct de Windows (sans plantage).

ntfsfix

Il est aussi possible d'utiliser ntfsfix pour réparer la partition NTFS endommagée depuis GNU/Linux. Il appartient à un groupe de programme ntfsprogs. Il s'utilise en console avec droits d' administrateur.

The Linux-NTFS project (http://www.linux-ntfs.org/) aims to bring full support for the NTFS filesystem to the Linux operating system.

http://doc.ubuntu-fr.org/ntfsfixntfsfix

ntfsfix est un utilitaire en ligne de commande qui règle quelques-uns des problèmes les plus communs liés au système de fichiers NTFS. ntfsfix n'est pas un équivalent linuxien du chkdsk de Microsoft® Windows® ; il ne fait que réparer quelques inconsistances dans le système de fichiers NTFS, vide le fichier de journal de la partition et oblige Windows à vérifier l'intégrité du système de fichiers en question à l'amorçage suivant de Windows.

Monter des partitions linux avec des droits d' écriture

Le montage n'est pas tout ! Il faut encore avoir le droit d'écrire dans cet espace. Or l'utilisateur ordinaire ne le peut pas.

Fstab

Structure générale des lignes de code dans fstab

Le périphérique correspond au nom de périphérique de la partition Windows que vous voulez monter. Vous l'avez trouvé à l'étape précédente.

Le point de montage correspond au point de montage de votre partition. Vous l'avez défini à la première étape.

ntfs-3g indique que le système de fichiers de votre partition est le NTFS et que le pilote ntfs-3g sera utilisé pour manipuler les partitions.

Viennent ensuite les options de montage, qui donnent certaines qualifications à votre partition:

Vous devez d'abord démonter la partition dont vous voulez modifier les options de montage.

Les options de montage dans fstab

L'option rw indique que vous souhaitez accéder à cette partition en lecture et écriture (read/write) .

Si vous ne désirez avoir accès qu'en lecture seule (ce peut être pertinent pour une partition contenant le système Windows, par exemple), vous pouvez préférer utiliser l'option ro (read-only, lecture seule).

user permet à n'importe quel utilisateur de monter ou démonter cette partition, donc pas seulement le super-utilisateur. Vous pouvez l'omettre si vous ne désirez pas ce comportement.

auto est l'option indiquant que la partition doit être montée automatiquement au démarrage d'Ubuntu.

Le gid 100 : user

gid=100 assignera l'ensemble des fichiers au groupe dont le gid (pour group id, identifiant de groupe) est 100. Sous Ubuntu, le gid 100 correspond au groupe users, duquel tous les utilisateurs font normalement partie.

Vous pouvez retrouver une liste de tous les groupes existants sur votre machine avec leur gid dans le fichier /etc/group. Si vous omettez cette option, tous les fichiers seront assignés au groupe 0, soit root (le compte système).

uid=1000 assignera l'ensemble des fichiers de la partition à l'utilisateur dont l'UID (pour User ID, identifiant d'utilisateur) est 1000.

UID 1000

Sous Ubuntu, l'UID 1000 correspond au premier utilisateur, créé lors de l'installation de Ubuntu. Si vous omettez cette option, tous les fichiers seront assignés à l'utilisateur root (le compte système).

nls=utf8 permet l'utilisation du jeu de caratère UTF8 sur les partitions.

Droits pour lire et exécuter des programmes

L'option umask=002 donnera les droits d'accès, sur l'ensemble des répertoires et fichiers, en lecture et en exécution à tous, de même qu'en écriture au propriétaire du fichier. Voir ci-dessous.

Ne pas confondre UID avec UUID, uid est user id, soit l'identifiant utilisateur uuid est l'identifiant numérique des partitions.

Le fichier fstab,d'autres options

option defaut

defaults Correspond a rw,suid,dev,exec,auto,nouser et async

rw Montage en lecture/écriture (par défaut)

suid Les bits SUID et SGID sont pris en compte (par défaut)

dev ?? (par défaut)

exec Autorise l'exécution des programmes (par défaut)

auto Montage automatique lors d'un appel mount -a (par défaut) ???

nouser Seul le compte root peut monter/démonter le système de fichier (par défaut)

async Montage asynchrone (par défaut)

les deux dernières colonnes de fstab

Laissez les valeurs par défaut à dump et à pass.

dump

dump est utilisée pour les sauvegardes.

pass

pass indique l'ordre de vérification au démarrage.

Si vous ajoutez manuellement des partitions par la suite, les valeurs de <pass> doivent rester à :

1 pour la racine,

2 pour les autres partitions UNIX

0 pour le swap et les partitions windows (cf. man fstab).

Une valeur de <pass> à 0 signifie qu'il n'y aura pas de vérification au démarrage (Déconseillé dans la plupart des cas).

Pour prendre un exemple concret, nous utiliserons les informations de l'exemple plus haut :

  # Partitions Windows - NTFS
  
  /dev/sda1 /media/windows ntfs-3g rw,user,auto,gid=100,uid=1000,nls=utf8,umask=002 0 0
  
  

user Autorise l'utilisateur courant à monter/démonter le système de fichier

umask spécifie les droits d'usage des fichiers et des dossiers.

/dev/sda1 est mon nom de périphérique (ci dessous je l'ai remplacé par son UUID = AED85D34D85CFBD1)

/media/windows est mon point de montage

J'ai indiqué une instruction par ligne

Il est préférable de désigner la partition par son UUID plutôt que par son chemin qui peut prêter à confusion pour le système. Faire sudo blkid. En savoir plus blkid

Un exemple d'une ligne de fstab pour windows avec UUID, point de montage, format, options par défaut, dump et pass.

  UUID=AED85D34D85CFBD1 /media/sda1 ntfs-3g defaults 0 0
  

liens

options de fstab

ajouter_un_disque_dur

Un exemple de modification pour le montage d'une partition windows.

modifier_fstab

montage_de_partitions_proprietaires_et_permissions.txt · Dernière modification: 2016/03/07 01:10 (modification externe)
GNU Free Documentation License 1.3
Powered by PHP Driven by DokuWiki Recent changes RSS feed Valid CSS Valid XHTML 1.0 Valid HTML5